Third Eye
Nouveau rêve de ce visage.
Il est brillant et bleu et chatoyant.
Souriant largement
Et me réconfortant de ses trois yeux chauds et sauvages.

Sur le dos et chutant encore
Dans les profondeurs du trou encore et encore
Me levant
Et chassant les toiles et la rosée de mes yeux flétris.

Dedans... Dehors... Dedans... Dehors... Dedans... Dehors...

Une comptine enfantine trotte dans ma tête
Qui disait que la vie n'est qu'un rêve.
J'ai passé tant d'année à me poser des questions
dont les réponses étaient juste là.

"C'est si bon de te voir.
Tu m'as tellement manqué.
Je suis si heureux que ce soit terminé.
Tu m'as tellement manqué
Je suis venu pour te voir jouer.
Pourquoi est-ce que tu cours?"

Assombrissant tout le sol autour de moi
arrive le corbeau sacré au-dessus de moi.
Noir comme les trous dans la mémoire
Et bleu comme notre nouveau deuxième soleil.
Je place ma main dans son ombre
Pour tirer les morceaux du sable
Que j'essaie de réassembler
Juste pour voir qui j'aurais pu être.
Je ne reconnais pas le réceptacle,
Mais les yeux semblent familiers.
Comme des boutons arides et phosphorescents
Chantant une chanson familère...

"C'est si bon de te voir.
Tu m'as tellement manqué.
Je suis si heureux que ce soit terminé.
Tu m'as tellement manqué
Je suis venu pour te voir jouer.
Pourquoi est-ce que tu cours?"

Mon troisième oeil ouvre un regard scrutateur.
C'est si bon de te voir une fois de plus.
Je pensais que tu te cachais.
Et tu pensais que je m'étais enfui.
A chasser des chimèreres.
J'ai ouvert mon oeil et tu étais là.

C'est si bon de te voir une fois de plus
Je pensais que tu te cachais de moi.
Et tu pensais que je m'étais enfui.
A chasser une trainée de fumée et de raison.

Mon troisième oeil ouvre un regard scrutateur.

Source : Reflecting Moon